La rééducation périnéale : un indispensable

Le périnée est un muscle  dont on entend peu parler avant de découvrir la grossesse. En effet durant la grossesse et lors de l’accouchement, ce plancher pelvien est mis à rudes épreuves. C’est pourquoi une rééducation périnéale doit être prévue après l’accouchement et ce afin d’éviter bon nombre de désagréments.

Comment doit-on procéder ?

La rééducation périnéale est-elle nécessaire ?     

Pendant les neuf mois que dure la grossesse, c’est le périnée qui supporte le poids de bébé, un poids qui peut aller jusqu’à cinq kilos, liquide amniotique et placenta compris. D’ailleurs, il est souvent conseillé de pratiquer quelques exercices de contraction quelques mois avant l’accouchement. Ceci afin d’assouplir les muscles du périnée et d’éviter une éventuelle épisiotomie ou une incision périnéale, une pratique qui risque d’endommager le fameux périnée.

Pendant l’accouchement, les muscles du périnée peuvent aussi subir un relâchement et une distension, ce qui peut dans des cas rares provoquer un prolapsus (une descente d’organes) ou plus fréquemment de l’incontinence urinaire. La rééducation périnéale post-partum permet de remuscler le périnée et d’assurer le bon fonctionnement du sphincter, ceci afin de ne pas avoir à subir des incontinences.

Comment rééduquer son périnée après l’accouchement ?

Les exercices de rééducation périnéale ne doivent pas démarrer avant 2 mois après son accouchement. Plusieurs méthodes existent pour rééduquer le périnée.

Le massage vaginal : cette méthode consiste à toucher manuellement les muscles du périnée avec les doigts. Ce massage permet au thérapeute de connaître l’état du périnée après l’accouchement et mieux se focaliser sur la zone musculaire à travailler. Il vise aussi à stimuler les différents muscles pelviens pour que la patiente prenne conscience de son périnée.

Le biofeedback par sonde : Le biofeedback consiste à réveiller les muscles pelviens grâce à un courant électrique basse fréquence émise par une sonde (avec ou sans fil) placée dans le vagin. La sonde est reliée à un écran et grâce à l’électrostimulation, le médecin peut visualiser la force exercée par chaque contraction. La patiente va pouvoir sonder sa capacité à serrer et à relâcher ses muscles du périnée, donc à contrôler son périnée jusqu’à ce que les contractions deviennent volontaires et autonomes.

La rééducation hypopressive abdominale : cet exercice de respiration permet non seulement de tonifier les muscles pelviens, mais aussi de renforcer la sangle abdominale. Le but ici est de remettre les organes internes à leurs places et d’éviter d’éventuel prolapsus au moindre effort physique.

Les exercices abdomino-périnéales : La réalisation de ces exercices de rééducation périnéale doit être suivie par un professionnel de santé. Néanmoins, certains exercices d’étirement comme le yoga ou le Pilate, l’exercice de fausse inspiration ou encore la gymnastique périnéale par contractions (exercices de Kegel) peuvent être réalisés chez soi à raison de 10 à 15 minutes par jour et le plus souvent que possible. Ce sont des exercices simples qui visent à renforcer les muscles du plancher pelvien et les muscles abdominaux, à repositionner les viscères et les organes génitaux.

 

 

 

 

 

Publié par:

Magalie

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas diffusée. zone à completer spécifiée (required):

Back to Top